Mon carnet de poèmes, journée de la poésie 


Hello mes lous,

Je vous retrouve aujourd’hui pour un bricolage sympa à l’occasion de la journée mondiale de la poésie qui se déroule chaque année, le 21 mars. Pour retrouver mon dernier article Tfma#5 héros VS héroïnes .


Il s’agit d’un parternariat avec Viking. Viking est un blog qui propose énormément de littérature et poèmes aux blogueurs passionnés dans ce domaine. J’ai tout de suite été intéressée et je me suis mise à la tâche avec une motivation enfantine 🙂

Voici le matériel se trouvant dans ma box.

 Le papier parchemin

 Le papier coloré, feuilles rose et verte

 Le mini canevas

 Le feutre métallique argent
Le feutre métallique or
Le stylo bille Sharpie
 Le stylo pointe fine Sharpie

 Des petites décorations

Le coffret ensemble stylo calligraphie( Made in Italy)

Pour ma part, j’ai utilisé des papiers de brouillons que j’ai collé les unes aux autres. J’ai utilisé les stylo bille et pointe fine de la marque sharpie ainsi que les feutres métallique argent et or.  Je rajoute que j’ai utilisé du papier collant aussi faire un cahier.

Je vous laisse maintenant avec mes œuvres. Je précise que je ne suis qu’une apprentie-poétesse- dessinatrice et que j’ai une écriture de garçon donc soyez indulgent avec moi 🙂



Un cil, une pupille qui forme l’œil. Cet œil qui m’observe tantôt protecteur tantôt moqueur. 

Tu me prends dans tes bras mais parfois tu me repousses.

Je saigne mais je souris car tu es comme Mr Hyde, 

Aux 2 faces qui ne cessent de virevolter en confrontation. 

Tu es mon ange et mon démon. 

Concernant les dessins, j’ai dessiné un smiley content, un Ying et Yang(pas très réussi)ainsi que des yeux avec leurs cils.

L’été, lorsque le jour a fui, de fleurs couverte

La plaine verse au loin un parfum enivrant ;
Les yeux fermés, l’oreille aux rumeurs entrouverte,
On ne dort qu’à demi d’un sommeil transparent.

Les astres sont plus purs, l’ombre paraît meilleure ;
Un vague demi-jour teint le dôme éternel ;

Et l’aube douce et pâle, en attendant son heure,

Semble toute la nuit errer au bas du ciel.

Pourquoi j’ai choisi Victor Hugo? Car c’est l’un des maîtres dans la matière des poèmes en toute sorte et je trouvais celui-ci très inspirant.

Que me veux-tu, chère fleurette,

Aimable et charmant souvenir ?

Demi-morte et demi-coquette,

Jusqu’à moi qui te fait venir ?

Sous ce cachet enveloppée,
Tu viens de faire un long chemin.

Qu’as-tu vu ? que t’a dit la main
Qui sur le buisson t’a coupée ?

N’es-tu qu’une herbe desséchée
Qui vient achever de mourir ?

Ou ton sein, prêt à refleurir,
Renferme-t-il une pensée ?


Ta fleur, hélas ! a la blancheur

De la désolante innocence ;

Mais de la craintive espérance

Ta feuille porte la couleur.


As-tu pour moi quelque message ?

Tu peux parler, je suis discret.

Ta verdure est-elle un secret ?

Ton parfum est-il un langage ?

S’il en est ainsi, parle bas,

Mystérieuse messagère ;

S’il n’en est rien, ne réponds pas ;

Dors sur mon coeur, fraîche et légère.

Je connais trop bien cette main,

Pleine de grâce et de caprice,

Qui d’un brin de fil souple et fin

A noué ton pâle calice.

Cette main-là, petite fleur,

Ni Phidias ni Praxitèle

N’en auraient pu trouver la soeur

Qu’en prenant Vénus pour modèle.



Elle est blanche, elle est douce et belle,

Franche, dit-on, et plus encor ;

A qui saurait s’emparer d’elle

Elle peut ouvrir un trésor.


Mais elle est sage, elle est sévère ;

Quelque mal pourrait m’arriver.

Fleurette, craignons sa colère.

Ne dis rien, laisse-moi rêver.

Tu es la mélodie qui m’emporte, 

Toute l’année, a chaque moment de ma vie. 

Tu me fais passer par toutes les émotions. 

Pour toutes les situations tu es présente.

Tu ne demandes rien en échange, que me soulager de mon poids. 

Tantôt rythmée, tantôt calme, 

Tu reste internationalement le moyen numéro 1 de passer le temps. 

Laissons-nous guider par toi, 

La musique 

Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.

Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage.

Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez point

Sitôt que moi ce but. – Sitôt ?
Etes-vous sage ? 
Repartit l’animal léger.

Ma commère, il vous faut purger

Avec quatre grains d’ellébore.

- Sage ou non, je parie encore.

Ainsi fut fait : et de tous deux

On mit près du but les enjeux :

Savoir quoi, ce n’est pas l’affaire,

Ni de quel juge l’on convint.
Notre Lièvre n’avait que quatre pas à faire ;

J’entends de ceux qu’il fait lorsque prêt d’être atteint

Il s’éloigne des chiens, les renvoie aux Calendes,

Et leur fait arpenter les landes.

Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter,

Pour dormir, et pour écouter

D’où vient le vent, il laisse la Tortue

Aller son train de Sénateur.

Elle part, elle s’évertue ;

Elle se hâte avec lenteur.

Lui cependant méprise une telle victoire,

Tient la gageure à peu de gloire,

Croit qu’il y va de son honneur

De partir tard. Il broute, il se repose,

Il s’amuse à toute autre chose

Qu’à la gageure. A la fin quand il vit

Que l’autre touchait presque au bout de la carrière,

Il partit comme un trait ; mais les élans qu’il fit

Furent vains : la Tortue arriva la première.

Eh bien ! lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?

De quoi vous sert votre vitesse ? 
Moi, l’emporter ! et que serait-ce
Si vous portiez une maison ?

Pour la signification des dessins, je me suis amusée à faire une ligne d’arrivée ainsi qu’une tortue(totalement foirée).

On est heureux jusqu’à l’événement où tu m’annonces la nouvelle. 

Tu as rencontré quelqu’un  

Qui est d’après tes paroles mieux que Moi. 

Les larmes coulent jusqu’à former une flaque. 

Cette douleur dans mon estomac, dans mon cœur restera jusqu’à 

Ce que je rencontre à mon tour, 

L’autre 

Il voulut peindre une rivière ;

Elle coula hors du tableau.



Il peignit une pie grièche ;

Elle s’envola aussitôt.   
Il dessina une dorade ;

D’un bond, elle brisa le cadre.  

Il peignit ensuite une étoile ;

Elle mit le feu à la toile.

Alors, il peignit une porte

Au milieu même du tableau.  
 
Elle s’ouvrit sur d’autres portes,

Et il entra dans le château.

Pour la signification des dessins, j’ai voulu représenter un cadre(peinture), une rivière, des portes(3) et un château.


Ce que j’en ai tiré de cette expérience? J’ai redécouvert le plaisir de bricoler, l’imagination ainsi que les dessins(où je ne me suis pas améliorée :p). Franchement, passer 2heures dessus m’ont fait le plus grand bien. Je pense qu’on doit pouvoir s’accorder du temps pour se changer les idées en dehors du sport et de la lecture et c’est ce message que j’ai souhaité faire passer.

S’amuser même si on est nul en dessin ou écriture.

Je remercie de tout cœur mon partenaire Viking pour sa gentillesse et ce matériel vraiment sympa et utilisable directement. Vous pouvez découvrir son article: Le blog de Viking. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé du matériel, auriez-vous voulu y participer?

Une joyeuse fête mondiale de la poésie à tous,

Je vous dit à tout de suite pour un nouvel article.

Alexia

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s